MICROMEGAS - Voltaire ~ MEFANO

Ensemble 2E2M, direction Pierre Roullier. - Paul Méfano : Micromégas, sur le texte intégral de Voltaire.

Details

111170
Nouveau produit

20,02 €

En Stock
Derniers exemplaires !

- +

Ajouter à ma liste de cadeaux

 
Infos

DE LA FABLE PHILOSOPHIQUE AU RECIT MUSICAL

par Jean Dautremay

En 1737, une "volée de philosophes" dirigée par Maupertuis revenait du cercle polaire, ayant vérifié par calcul les théories de Newton. La pomme étant tombée sur la tête du penseur, il fallait prouver que la terre était aplatie. Aventure typique d’un siècle de grands voyageurs, qui sera aussi celui d’une autre aventure, celle de l’Encyclopédie, la tentative inouïe de faire partager à tous l’ensemble du savoir humain.

Un siècle qui pense autrement la place de l’homme dans l’univers, le rapport de l’homme à la nature, et l’idée même de nature. Le centre du monde s’est déplacé; une nouvelle façon de penser, une nouvelle sensibilité apparaissent. Voltaire entre autres, cherchant à remettre l’homme à sa place, invente avec Micromégas une fable philosophique dans le genre de Swift ou de Cyrano de Bergerac, à travers laquelle il pourfend tous ses adversaires, ne faisant grâce qu’au partisan de Locke.

Cette histoire, dont on a pu penser qu’elle était le résultat d’une improvisation de Voltaire lors d’une séance de lanterne magique (idée séduisante, tant le parcours de ce "Petit-Grand" venu des étoiles nous ramène à ce qui n’est qu’humain, trop humain), Paul Méfano s’en empare et la met en musique, en suivant pas à pas le texte de Voltaire. Dès lors se pose la question: "Quel est le genre de cet ouvrage?". Je répondrai qu’il n’en a pas, parce qu’il en invente un.

Le Micromégas de Paul Méfano n’est pas un opéra. Lui-même désigne son œuvre comme "Action Lyrique". Je l’appellerais volontiers "Récit Musical".

La façon dont Paul Méfano s’approprie le texte, en le concevant comme un livret, procède davantage des nécessités de la construction musicale que d’un traitement "opératique" du récit, qu’il ne se permet d’adapter que dans la répartition (musicale) de ce texte.

Si bien que chaque "personnage" est d’abord un personnage vocal, et que la circulation du récit appartient à tous les interprètes, l’orchestre y compris, tant certaines images sont purement "sonores".

Ainsi, la "Bonimenteuse", maîtresse du plateau, est-elle relayée par un récitant réfugié dans la planète de la littérature, à la fois inventeur, commentateur, témoin, médium entre la scène et la fosse, et complice du public. Mais ils ne font qu’agiter ce récit, partagé, dans une logique qui appartient en propre à la partition, par les autres protagonistes, dont la fonction et le statut changent continuellement.

Ainsi du sextuor de solistes, qui de récitants, diseurs, deviennent traducteurs de la pensée du "Saturnien", et finissent par prendre en charge collectivement des pensées et des déclarations individuelles contradictoires (ils seront les "Animalcules").

La basse solo n’est pas Micromégas: c’est la basse qui chante Micromégas, quand le récit se fait dialogue; le ténor qui chante le Saturnien passe sans transition dans l’ordre du récit ; la mezzo, "suivante" de la Bonimenteuse, devient la femme du Saturnien, pour revenir, elle aussi, au récit.

Il ne s’agissait donc pas d’identifier un interprète et un rôle, mais de suivre la règle de conduite que la musique, nécessairement imposait: l’orchestre (et le chef) étant évidemment les autres partenaires de cette circulation, dans une suite complexe et touffue de passages de relais, la musique, amoureusement, violemment, tissant la citation pour construire obstinément sa propre singularité.

Voyage dans l’espace, dit le texte...

Les "Espaces infinis" ne sont pas silencieux pour Voltaire, qui nous fait "atterrir" dans un monde féroce où il tente de s’écrier: "Je veux rire".

Voyage dans le temps, dit la musique...

La musique de Paul Méfano, ironiquement, puissamment, pudiquement, dans la poésie d’un rire musical mesuré, nous renvoie peut-être (Ah! dirait-il, je m’en étais bien douté) à la question de savoir si c’est la conscience de sa petitesse qui fait la grandeur de l’homme.

Write a review

MICROMEGAS - Voltaire ~ MEFANO

Ensemble 2E2M, direction Pierre Roullier. - Paul Méfano : Micromégas, sur le texte intégral de Voltaire.

Write a review

 
Comments(0)

Aucun avis n'a été publié pour le moment.